Résumé de Ce n’est pas sur mon bateau !

Vous recherchez le livre ?
Nous avons le résumé ! Découvrez les points clés en 10 minutes seulement.

Ce n’est pas sur mon bateau ! résumé de livre
Développez votre intelligence :
ou nos abonnements

Classement

8 Global

9 Applicabilité

8 Innovation

8 Style


Commentaires

Quel point commun partagent des rameurs olympiques, un producteur de télévision, des joueurs de la NFL, une navigatrice, une exploratrice, un chroniqueur sportif et un architecte de terrains de golf ? Ils fonctionnent tous selon un principe similaire : ne pas tenir compte de ‘ce qu’il est impossible de contrôler’ et se concentrer uniquement sur ‘ce qu’il est possible de contrôler’. À l’instar des rameurs, les personnes brillantes ignorent ce qui ‘n’est pas sur leur bateau’ et se préoccupent uniquement de ce qui ‘est sur leur bateau’. Charlie Jones et Kim Doren proposent un recueil de 55 récits rédigés par des personnalités d’horizons divers, qui mettent en œuvre cette théorie pragmatique avec succès. Ces histoires sont, pour la plupart, significatives et convaincantes, et constituent une lecture agréable et instructive. getAbstract recommande ces véritables sources d’inspiration au lecteur qui se sent prêt à faire sienne la devise suivante : se concentrer sur ce qui est sur son bateau… et ramer.

Grâce à ce résumé, vous apprendrez

  • Comment mettre en œuvre la théorie du ‘ce n’est pas sur mon bateau’ ; et
  • Comment des rameurs olympiques, des athlètes professionnels, des PDG et d’autres personnes appliquent cette philosophie pour atteindre la réussite et le bonheur.
 

À propos des auteurs

Charlie Jones, journaliste sportif, a été intronisé au Pro Football Hall of Fame (le panthéon des joueurs de football américain). La sportive Kim Doren a officié en tant que directrice marketing et conseillère médias.

 

Résumé

Ne vous préoccupez pas du vent

En 1987, les championnats du monde d’aviron se sont déroulés près des côtes de Copenhague, un lieu de compétition difficile du fait de ses vents notoirement violents. Une zone arborée protégeait les rameurs des bourrasques habituelles dans le couloir numéro un, mais le couloir numéro six en subissait toute leur force, car il était complètement à découvert. Dans ce couloir extérieur, les rameurs devaient non seulement lutter contre les vents violents, mais aussi contre les vagues considérables créées par ces vents.

Le jour de la finale, la ligne de départ était agitée par des vagues de 45 cm. Lors de l’avant-dernière course, l’équipe féminine néerlandaise a eu la malchance de tirer au sort le couloir numéro six. Elles se sont arrêtées de ramer 300 mètres avant l’arrivée en signe de contestation, ont crié après les organisateurs et protesté avec colère devant les caméras de télévision.

Pour la finale, l’équipe féminine américaine a tiré au sort le couloir numéro six, mais elle n’a pas protesté. Malgré ce handicap, et malgré un physique moins imposant que celui des athlètes de l’équipe soviétique et de l’équipe d’Allemagne...


Plus d'infos sur ce thème

Les clients qui ont lu ce résumé ont également lu

Stimuler les fabuleux pouvoirs de votre mémoire
8
Ce qui compte vraiment
7
Moment décisif
8
Robert Clergerie
7
Ces idées qui collent
7
Équipes extrêmes
9

Chaînes associées