Résumé de L’homme de l’organisation

Vous recherchez le livre ?
Nous avons le résumé ! Découvrez les points clés en 10 minutes seulement.

L’homme de l’organisation résumé de livre
Développez votre intelligence :
ou nos abonnements

Classement

9 Global

8 Importance

10 Innovation

9 Style


Commentaires

Cette étude classique de William H. Whyte sur les firmes américaines et leurs cols blancs dans les années 1950 entraîne irrésistiblement le lecteur dans un voyage doux-amer au cœur d’une époque révolue, peuplée d’entreprises magnanimes, de banlieues uniformes et ‘d’hommes de l’organisation’, des employés modèles totalement dédiés à leur entreprise, qui semblent tout droit sortis du même moule. Lorsque cet ouvrage fut publié en 1956, 99 % des cols blancs étaient des hommes de race blanche qui restaient durant toute leur carrière au service du même employeur et qui, en tant que jeunes recrues, recherchaient des prestations supérieures et de généreux plans de retraite. Mais pour cela, ils devaient payer un lourd tribut : sacrifier leur âme à l’entreprise en renonçant à leur individualité. getAbstract recommande la lecture de cette analyse, novatrice pour son époque, à tous ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur les origines de la vie d’entreprise moderne, qui datent du milieu du siècle dernier.

Grâce à ce résumé, vous apprendrez

  • Comment, dans les années 1950, les entreprises ont dépouillé les cols blancs de leur spécificité ;
  • Comment l’éthique sociale exerce une influence sur le lieu de travail et dans le cadre privé ; et
  • Comment les cols blancs peuvent recouvrer leur individualité.
 

À propos de l’auteur

William H. Whyte était rédacteur pour la revue Fortune et professeur émérite au Hunter College de la City University of New York. La publication de L’homme de l’organisation a fait de Whyte l’analyste organisationnel le plus réputé des États-Unis.

 

Résumé

Année 1956 : l’entreprise et son combat contre l’individualité

Les grandes entreprises américaines suivent un plan visant à modifier en profondeur les valeurs sociétales. L’individualité s’incline face à la ‘collectivité’. Les conseils d’administration tentent par tous les moyens de freiner les tentatives d’originalité pour que chacun adhère à la politique des entreprises. Les cols blancs, séduits par de solides programmes de formation, des plans de retraite et la sécurité de l’emploi, se laissent guider par le principe de la pensée unique, la bureaucratie et le besoin d’appartenir à un groupe. Ces ‘hommes de l’organisation’ ont une vie professionnelle cloisonnée, tandis que leurs épouses mènent une vie tout aussi uniforme dans leur maison au milieu de banlieues sans âme.

L’éthique protestante encourageait les travailleurs américains à être individualistes et à lutter pour atteindre le rêve américain. Cependant, ce principe cède progressivement du terrain face à l’éthique sociale. Celle-ci recommande de constituer un groupe harmonieux servant les intérêts de tous. Le résultat est le suivant : une fraternité de cols blancs condamnés à servir leur entreprise...


Plus d'infos sur ce thème

Les clients qui ont lu ce résumé ont également lu

La guerre contre la science
9
Homo Prospectus
8
Voir la vie en vert
8
Robert Clergerie
7
Ce qui fonctionne
9
On ne parle pas de ça au travail !
7

Chaînes associées