Résumé de L’industrie du bonheur

Vous recherchez le livre ?
Nous avons le résumé ! Découvrez les points clés en 10 minutes seulement.

L’industrie du bonheur résumé de livre
Développez votre intelligence :
ou nos abonnements

Classement

8

Caractéristiques clés

  • Innovant

Commentaires

William Davies, économiste politique chargé de cours au Goldsmiths College (Université de Londres), aborde l’obsession officielle du bonheur. Les travailleurs heureux sont plus productifs, mais aujourd’hui, les travailleurs ne sont pas heureux. Leurs absences fréquentes et leur apathie générale coûtent chaque année des milliards de dollars de perte de productivité. Dirigeants d’entreprises et responsables politiques réagissent en inventant des programmes pour stimuler le bonheur, en faisant appel à des consultants en bonheur, en créant des postes comme celui de ‘responsable du bonheur’ et en traquant les signes de tristesse sur les médias sociaux. C’est dans une prose dénuée d’émotion et pimentée d’humour caustique que Davies nous livre une vue détaillée, dense et déprimante du suivi et de la manipulation croissants des états d’âme de la population. getAbstract recommande sa vision anticonformiste aux managers, responsables politiques, entrepreneurs et à tous ceux qui préfèrent déterminer eux-mêmes s’ils se sentent heureux ou non.

À propos de l’auteur

William Davies, économiste politique, est chargé de cours au Goldsmiths College (Université de Londres), dont il codirige également le Political Economy Research Center. Il a rédigé des articles pour The Atlantic, The New York Times et The New Statesman.

 

Résumé

Le régime du bonheur

La démotivation des travailleurs nuit à la productivité et l’ampleur des maladies mentales grève les ressources gouvernementales. Le nombre croissant des cas de dépression et de démotivation chez les travailleurs peut expliquer pourquoi la culture du bonheur figure désormais parmi les priorités des chefs d’entreprises et des responsables politiques, qui s’intéressent de près aux techniques et aux technologies permettant d’évaluer et d’atténuer stress, maladie et dépression.

Les entreprises ouvrent désormais des postes tels que celui de ‘responsable du bonheur’. Elles s’appuient sur les neurosciences pour suivre les états d’âme de leurs employés et font appel à des consultants en comportement pour élaborer des programmes destinés à remonter le moral de leur personnel. Les gouvernements établissent des statistiques sur le bien-être national et proposent du coaching en optimisme aux demandeurs d’emploi.

Le mouvement du bonheur ignore les conditions sociales et politiques qui participent à un malaise général comme les inégalités de revenu et la culture hyperconcurrentielle. Il tend plutôt à considérer la dépression et autres troubles apparentés...


Plus d'infos sur ce thème

Les clients qui ont lu ce résumé ont également lu

Les cinq voleurs de bonheur
8
Pirate de culture
7
Le petit livre des grands changements
8
Le management par le bonheur
8
7 Secrets pour mieux convaincre
8
En finir avec la procrastination
7

Chaînes associées