Rejoignez getAbstract pour lire le résumé !

Il est temps de renoncer à l’hégémonie du dollar

Rejoignez getAbstract pour lire le résumé !

Il est temps de renoncer à l’hégémonie du dollar

Émettre la monnaie de réserve mondiale se paie au prix fort

Foreign Affairs,

5 minutes de lecture
3 points à retenir
Audio et texte

Aperçu

Le règne du dollar américain comme devise de réserve mondiale pourrait bien toucher à sa fin.


Classement éditorial

6

Commentaires

En réaction à la pandémie de Covid-19, le gouvernement américain a accordé des milliards de dollars d’aides pour soutenir son économie, décision rendue possible en partie grâce au statut de monnaie de réserve mondiale du dollar américain. Les économistes Simon Tilford et Hans Kundnani évaluent les avantages et les inconvénients pour les États-Unis d’un tel statut, et tentent de définir quel serait l’intérêt d’abandonner ce rôle pour la nation. Cette étude éclairée et pertinente de l’avenir du dollar américain intéressera plus particulièrement les chefs d’entreprise, les experts en politique et les économistes.

Résumé

Grâce au dollar qui sert de devise de réserve mondiale, les États-Unis bénéficient d’un avantage particulier, qui s’accompagne cependant d’inconvénients économiques et sociaux.

Depuis des décennies, l’Amérique tire des avantages considérables du statut de devise de réserve mondiale dont bénéficie le dollar. Les États-Unis peuvent emprunter des montants colossaux dans le monde entier, en partie grâce à une forte demande de dollars US à l’étranger. Mais cette prééminence présente une contrepartie : des déficits excessifs des comptes courants, une moindre compétitivité dans les échanges commerciaux et des inégalités de richesse et de revenus au niveau national. À l’étranger, le féroce appétit pour le dollar handicape les exportations de produits manufacturiers et affecte ainsi le ...

À propos des auteurs

Simon Tilford est économiste en chef pour le Tony Blair Institute for Global Change. Hans Kundnani est chercheur principal au sein du programme Europe de Chatham House.