Résumé de La nouvelle société de la connaissance

Vous recherchez le livre ?
Nous avons le résumé ! Découvrez les points clés en 10 minutes seulement.

La nouvelle société de la connaissance  résumé de livre
Développez votre intelligence :
ou nos abonnements

Classement

7

Caractéristiques

  • Analytique
  • Niveau Expert
  • Stimulant

Commentaires

La notion de connaissances est l’axe central des mutations sociales, économiques et culturelles auxquelles nous assistons aujourd’hui. L’acquisition du savoir ou l’apprentissage est au cœur même de la performance économique, car plus nous apprenons, plus nous contribuons à l’élévation de nos niveaux de vie. Dès lors quels sont les aspects déterminants de la création d’une société apprenante ? Quelles politiques commerciales, financières et macro-économiques l’État doit-il mettre en œuvre pour façonner une économie innovante et stimuler l’apprentissage ? Quel impact les monopoles et la propriété intellectuelle exercent-ils sur la capacité d’une société à apprendre, à innover et donc, à se développer ? Joseph Stiglitz et Bruce Greenwald, deux économistes de renom, examinent les réponses possibles à ces interrogations et proposent une vision concrète de ce que devrait être une société apprenante. getAbstract recommande cette analyse (rééditée pour le grand public) à tous les lecteurs qui souhaitent comprendre comment créer une société de l’apprentissage et quelles actions doivent être mises en œuvre par l’État ‘pour améliorer le bien-être de la société’.

À propos des auteurs

Joseph E. Stiglitz a reçu le Prix Nobel d’Économie en 2001 et est l’auteur de nombreux best-sellers tels que La Grande Désillusion, Quand le capitalisme perd la tête, Un autre monde et Le Triomphe de la cupidité. Bruce C. Greenwald est professeur au département d’économie de l’université Columbia et directeur de recherche au FirstEagle Funds.

 

Résumé

L’acquisition des connaissances : facteur de performance économique

Jusqu’au 19e siècle, la plupart des individus s’efforçaient de satisfaire des besoins élémentaires tels que la nourriture, le logement et les vêtements. Désormais, dans la majeure partie du monde occidental et asiatique, la satisfaction de ces besoins ne nécessite plus que quelques heures de travail hebdomadaire. Quels facteurs sous-tendent ces changements sociaux : s’agit-il de ‘l’accumulation du capital’ ou du ‘progrès technique’ ? Pour l’économiste Robert Solow, seul un tiers de l’augmentation des gains de productivité serait imputable à l’accumulation de capital, le reste étant attribuable au progrès technique et aux efforts déployés ‘pour apprendre à mieux faire les choses’. Les économies modernes doivent donc leur réussite à l’innovation et à l’apprentissage. Dès lors, il est primordial de comprendre comment on apprend et on innove, et quels leviers les pouvoirs publics doivent actionner pour accélérer ces progrès et ‘rendre leur économie et leur société apprenantes’. Il est également important de comprendre que cet apprentissage s’articule autour de deux approches distinctes...


Plus d'infos sur ce thème

Par les mêmes auteurs

L’Euro
8
La grande fracture
8

Les clients qui ont lu ce résumé ont également lu

Esprits au travail
7
Le capitalisme sans capital
8
Le guide de la pratique du kata de Toyota
8
Managers, dirigeants, libérez-vous !
7
La stratégie Lean
8
Que faire quand les machines font tout ?
8

Chaînes associées