Résumé de Le choc des cultures

Vous recherchez le livre ?
Nous avons le résumé ! Découvrez les points clés en 10 minutes seulement.

Le choc des cultures résumé de livre
Développez votre intelligence :
ou nos abonnements

Classement

7

Caractéristiques

  • Innovant
  • Révélateur
  • Connaissance du contexte

Commentaires

La culture moderne est un environnement dans lequel ‘il n’y a qu’un gagnant’. Les premiers 5 % des groupes pop en tournée empochent 90 % des revenus générés par les concerts. Les studios de cinéma et les éditeurs consacrent tous leurs efforts marketing à la superproduction la plus récente ou au dernier best-seller, et dédaignent toutes les autres réalisations. Selon Scott Timberg, critique d’art, ces dernières sont donc vouées à la disparition. Les groupes de jazz confidentiels, les compagnies de danse iconoclastes et les écrivains peu médiatisés cessent d’exister car ils ne sont pas rentables. Le portrait que brosse Timberg peut paraître sombre, ses idées exagérément nostalgiques et il semble volontiers négliger le fait que la culture a prospéré durant des siècles sans la moindre protection des droits d’auteur. Néanmoins, son enthousiasme pour les arts indépendants et les artistes qui luttent pour les faire vivre est contagieux. L’auteur joue les Cassandre, non sans une pointe d’ironie, tout en omettant de proposer une solution. Il incite le lecteur à s’interroger quant à l’existence même d’une issue favorable et sur la manière dont la société pourrait changer le cours des choses, redynamiser l’engagement de la classe moyenne dans les arts et soutenir des artistes qui ne sont pas des superstars. getAbstract recommande les perspectives développées dans cet essai éloquent à tous les lecteurs actifs au sein d’institutions culturelles, évoluant dans des postes liés à la création et au divertissement, ainsi qu’à tous ceux qui valorisent leur travail.

À propos de l’auteur

Scott Timberg est journaliste d’art et collabore avec Salon et The New York Times. Auparavant rédacteur pour le Los Angeles Times, il anime actuellement le blogue ‘Culture Crash’ d’ArtsJournal.

 

Résumé

La classe créative

Les arts ont prospéré au milieu du 20e siècle. La classe moyenne émergente, dont étaient issus la plupart des artistes, offrait un large public. La culture s’appuyait sur une infrastructure solide. Les musées, les universités, les librairies, les disquaires, les quotidiens et les journalistes culturels contribuaient à soutenir l’essor des arts. Les grands centres urbains étaient plus abordables financièrement, ce qui permettait aux artistes en herbe de se rassembler et de collaborer au sein de métropoles culturelles telles que Boston ou New York. Ce phénomène a favorisé le développement d’une classe créative importante au sein de laquelle évoluaient des musiciens, des poètes, des peintres et des danseurs, soutenus par des publicitaires, des galeries, des machinistes itinérants, des employés de librairies et de disquaires, des DJ, des rédacteurs et bien d’autres encore.

Au début du 21e siècle, la classe moyenne, soucieuse de sa propre sécurité économique, n’a que peu d’énergie à consacrer au jazz, à la danse ou à la poésie. Le commerce en ligne a bouleversé l’industrie du livre, de la musique et du cinéma. Les superstars...


Plus d'infos sur ce thème

Les clients qui ont lu ce résumé ont également lu

Le capitalisme sans capital
8
Comment mieux organiser sa vie
7
L’univers virtuel de Charlie Fink
8
Global Gay
8
Voir la vie en vert
8
Les entreprises à mission
7

Chaînes associées